PAGE SPÉCIALE ASSOCIATIONS ET COVID 19

COVID-19 : Les associations face à la crise

Les Associations de Jeunesse et d’Éducation Populaire ne sont pas épargnées par les conséquences de cette crise sanitaire sans précédent.
Vous trouverez ci-dessous, différentes informations et ressources des partenaires, sur les mesures prises pour faire face à cette crise :
  • Le CNAJEP reste mobilisé : La pandémie du Covid-19 et les mesures qui ont du être prises pour y faire face bouleversent l’ensemble de la société aujourd’hui, et notamment les associations de jeunesse et d’éducation populaire dans leur travail quotidien auprès des citoyen.ne.s.  En savoir plus

[ENQUÊTE] Associations & covid-19 : quels impacts ? Quelles sont les conséquences de l’épidémie Covid-19 sur l’activité de votre association? De quels soutiens et accompagnements avez-vous besoin pour faire face ?  Pour le savoir, Le Mouvement associatif lance une enquête en direction des associations, avec l’appui de Recherches et Solidarités. RÉPONDRE A L’ENQUÊTE

Rencontre thématique du CRAJEP du 16 janvier 2020

Prés d’une quarantaine de participants étaient présents à cette rencontre organisée par le CRAJEP Occitanie, à Toulouse, autour de l’Avis du CESE du 28 mai 2019 : « L’Éducation Populaire, une exigence du 21ème siècle ».
Elle a permis aux co-rapporteurs de cet avis, Jean-Karl Deschamps, Membre du CESE au titre de la Cohésion sociale et territoriale et vie associative, Président du Groupe des Associations, et Christian Chevalier, Membre du CESE au titre de la Vie économique et dialogue social, Membre du Groupe UNSA, de présenter ce rapport et ses enjeux dans le contexte actuel.
Cette soirée a été clôturée par un temps de débat et d’échange riche avec les participants, autour des préconisations de cet avis.

                                  

 

L’Éducation Populaire : une exigence du 21eme siècle

 

Retour vers le festival Provox 2020 !

2 jours, 160 jeunes, 30 bénévoles et animateur.trice.s, 8 ateliers, 3 objectifs jeunesses, 15 décideur.e.s.

Le Cnajep organisait le festival Provox les 25 et 26 janvier 2020 à Amiens, en partenariat avec Amiens  et le Crajep Hauts de France.

Depuis le lancement de cette 7ème campagne Provox « jeunesse, opportunités et territoires » en mai 2019, 1300 jeunes ont répondu à la Grande Enquête et Provox s’est déplacé en France  pour interroger les jeunes sur les trois objectifs jeunesse de la campagne :

Objectif jeunesse #6 « Créer des opportunités pour les jeunesses rurales »

Objectif jeunesse #7 « Emploi de qualité pour tou.te.s »

Objectif jeunesse #8 : « Travail de jeunesse de qualité pour tou.te.s »

C’est à partir de cette enquête que les participant.e.s ont travaillé et, après 2 jours d’échanges, de réflexions et de débat, les jeunes participant.e.s ont pu élaborer 16 des propositions politiques.

Ces 16 propositions seront à retrouver le 4 mars sur le site de Provox ! Elles seront portées par Leonard Ly Tri et Lucille Couturier a la conférence européenne pour la jeunesse à Zagreb du 9 au 11 mars pour l’écriture collective d’une résolution européenne en faveur d’une politique jeunesse cohérente, inclusive et en phase avec les besoins des jeunes.

Site Provox

 

Service civique : préservons les fondamentaux !

Communiqué de presse, 21 janvier 2020

Non à la réduction de la durée des missions !

En ce début d’année qui doit fêter les 10 ans du service civique, la consigne est de réduire la durée des missions en 2020… Dans ce contexte, le Cnajep soutient les associations de jeunesse et d’éducation populaire qui affirment leur attachement à ce dispositif tant qu’il promeut des projets d’accueil de qualité. La durée longue de ces engagements volontaires, est un facteur central, notamment pour accueillir des jeunes peu autonomes. Du temps doit être laissé pour une bonne intégration des jeunes, pour leur accompagnement, pour favoriser leur prise d’initiatives et établir des relations de confiance. Cette durée longue est également importante pour construire et faire grandir le projet d’engagement de chacun.e.

Oui à une politique de jeunesse ambitieuse !

Dans un contexte où les jeunes demeurent les premières victimes de la conjoncture économique et sociale, le Cnajep tient à réaffirmer la nécessité d’une politique de jeunesse transversale et ambitieuse qui réponde aux besoins des jeunes et les considère comme une richesse. Le service civique doit rester, dans une vocation de citoyenneté, un soutien à l’engagement volontaire. Il ne peut se substituer ni à des politiques visant l’insertion professionnelle des jeunes, ni à des politiques de soutien à l’emploi associatif et de maintien de services publics de qualité.

Depuis 10 ans, les associations de jeunesse et d’éducation populaire se sont investies dans le développement quantitatif et qualitatif du service civique. Elles défendent aujourd’hui les fondamentaux qui en font l’identité et la qualité, parmi lesquels une durée longue, entre 6 et 12 mois, à tout moment de l’année, pour s’adapter à la diversité des jeunes et des projets. La durée moyenne de 8 mois, qui a été la base ces dernières années, ne saurait être réduite sans remettre en cause la valeur de cet engagement.

Téléchargez le communiqué : http://www.cnajep.asso.fr/actualites/service-civique-preservons-les-fondamentaux/

Budget 2020 : un manque d’ambition pour la jeunesse et les associations !

Analyse du Cnajep du Projet de Loi de Finances 2020

Communiqué de presse, 17 décembre 2019

Le Cnajep a produit une analyse technique et politique du projet de loi de finances  sur le programme 163 « jeunesse et vie associative ». Si le budget est en hausse de 8%, ce n’est pas au bénéfice des associations de jeunesse et d’éducation populaire ou de programmes de lutte contre la précarité de la jeunesse.

Le service national universel et le développement du service civique représentent 81 % du budget du programme, tandis que le soutien aux associations qui éduquent des enfants et des jeunes à la citoyenneté, les aident à partir en vacances, tissent du lien entre les générations, et participent à la dynamique des territoires ne représentent que 19% du programme.

Le budget prévoit une augmentation des postes FONJEP, qui donnera un peu d’air à des associations asphyxiées, mais ne compensera pas la fin des contrats aidés de 2017. Les associations emploient 1,8 million de salarié.e.s, c’est plus que les secteurs de la banque et du BTP réunis : le soutien n’est pas à la hauteur des emplois créés et de la richesse produite par le secteur.

Le service civique voit son budget global augmenter, mais le ratio par jeune accueilli diminue. Ainsi, les conditions pour permettre la qualité de l’accompagnement et la durée des missions s’émoussent. C’est un signal inquiétant.

Finalement, le grand gagnant de ce budget est le service national universel. Le Cnajep alerte en vue de sa généralisation :

  • son développement ne peut se faire au détriment du soutien aux associations et aux territoires.
  • le SNU ne peut se substituer à une politique de jeunesse qui réponde aux besoins des jeunes de se loger, d’étudier, de se soigner, de se nourrir et de s’autonomiser.

Les citoyens et citoyennes, et les jeunes en particulier, ont besoin d’associations indépendantes qui inventent et transforment la société vers plus d’égalité.

A quand des associations de jeunesse et d’éducation populaire soutenues à la hauteur de ce qu’elles produisent comme richesse économique et sociale ?

Téléchargez le communiqué

http://www.cnajep.asso.fr/actualites/budget-2020-un-manque-dambition-pour-la-jeunesse-et-les-associations/

Pour une formation d’éducation populaire porteuse de transformation et d’émancipation

Le Cnajep s’engage pour une formation d’éducation populaire porteuse de transformation et d’émancipation

Le Cnajep a publié un document de positionnement intitulé « Le Cnajep s’engage pour une formation d’éducation populaire porteuse de transformation et d’émancipation ».

Elaboré par le groupe d’appui Formation professionnelle qualifiante (FPQ) du Cnajep, il est le résultat de plusieurs mois de réflexion autour des questions de la formation et des métiers de l’animation dans un contexte de réforme continue des diplômes.

Il s’agit d’un document à destination des membres du réseau, d’interlocuteurs institutionnels, de partenaires,…utilisable notamment lors de rencontres.

Voir et télécharger le document de positionnement

Municipales 2020

 L’éducation populaire, c’est partagé ! c’est partager !

Parce qu’elle est une ressource au cœur des enjeux de société, l’éducation populaire doit se situer dans le débat des élections municipales de mars 2020, et dans la perspective des élections de 2021 et de 2022.

C’est dans ce contexte que le Cnajep a élaboré des propositions pour faire vivre la compétence partagée « Education populaire » que prévoit la loi NOTRe de 2015 (chap.4, art.104) et affirmer ce que nous voulons en termes de coopération et de soutien aux acteurs de l’éducation populaire.

Elaboré dans la suite de l’Agorajep de novembre 2019 intitulée « Des territoires d’éducation populaire , ce document identifie comment et pourquoi « fabriquer » son territoire avec les associations de jeunesse et d’éducation populaire.

Voir le plaidoyer