Le CESE alerte sur les conséquences de la crise sanitaire sur les jeunes !

Le Bureau du CESE a adopté le mardi 1er décembre une déclaration intitulée « Jeunes, le devoir d’avenir », portée par Bertrand Coly, conseiller, et par Patrick Bernasconi, Président du CESE.
La déclaration a été présentée lors d’une conférence de presse le 2 décembre dernier, à laquelle le Cnajep participait et a pu intervenir pour partager les constats et rappeler la nécessité d’agir POUR et AVEC les jeunes.  

 

Les objectifs de cette déclaration sont double :

  • Alerter les pouvoirs publics sur la situation vécue par les jeunes en cette situation de crise sanitaire, économique et sociale ;
  • Proposer des mesures fortes afin de répondre à cette situation, sur le plan de la précarité économique, de la santé mentale, mais également de la confiance en l’avenir.

Les réactions des organisations :

Les conséquences de la crise sanitaire touchent en effet particulièrement les jeunes de 18 à 25 ans, à l’heure où 20% d’entre eux vivent actuellement sous le seuil de pauvreté et 18% des étudiants présentent des signes d’épisodes dépressifs majeurs.

« C’est dans une réforme structurelle de nos politiques de jeunesse que doit être trouvée la réponse à la précarisation des 18-25 ans »

Le CESE appelle à des mesures fortes pour faire face à cette crise qui touche la jeunesse.

Les préconisations du CESE sur le plan économique :

  • Garantir aux 18-25 ans l’accès aux minima sociaux ;
  • Renforcer les moyens humains et matériels dédiés aux missions locales pour favoriser un accompagnement global des jeunes.

Les préconisations du CESE sur le plan de la santé mentale :

  • Mettre en place un plan massif pour donner aux acteurs de la santé mentale et de la santé les moyens de dépister, de soigner, et d’accompagner dans la durée ;
  • Soutenir les associations, garantes de la cohésion sociale, qui permettront la relance des liens sociaux indispensables en sortie de crise.

Les préconisations du CESE sur le plan de la confiance en l’avenir :

  • Mettre rapidement en oeuvre des mesures fortes sur les questions écologiques, appuyées sur les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat ;
  • Impliquer les jeunes dans les espaces de pouvoir et développer les espaces de participation citoyenne.

Lire la déclaration complète

 

 

 

Tribune – Pour l’éducation populaire, la laïcité n’est pas un catéchisme

Tribune – Pour l’éducation populaire, la laïcité n’est pas un catéchisme

 

Philippe MEIRIEU a écrit une tribune publiée dans le Monde le dimanche 13 décembre. Le Cnajep est signataire aux côtés de plusieurs mouvements et associations :

Au moment où notre pays célèbre le 115e anniversaire de la loi de 1905, les mouvements d’éducation populaire qui agissent au quotidien dans le cadre d’activités scolaires et périscolaires, mais aussi dans les domaines culturels, sociaux et de loisirs, mobilisant plus de six millions de bénévoles au service de notre jeunesse, veulent prendre pleinement leur part dans un combat citoyen plus que jamais nécessaire.

Pour eux, la laïcité est indissociable d’une éducation à la liberté. L’enseigner sans questionnement serait profondément contradictoire avec les principes fondamentaux de la République que Ferdinand Buisson rappelait solennellement lors d’une intervention à la Chambre des députés, en 1910 : « C’est la nouveauté du régime scolaire républicain qu’il ne comporte pas de catéchisme laïque. »

N’oublions pas, en effet, que les mouvements d’éducation populaire sont, tout à la fois, les héritiers de Condorcet et de Jules Ferry, de Jean Macé, militant d’une démocratisation authentique de la culture, mais aussi du Front populaire et de Jean Zay, qui portèrent le projet le plus ambitieux pour notre jeunesse de tout le XXe siècle…

 

Lire la tribune sur Le Monde

Pour signer la tribune, contactez le Cnajep à cnajep@cnajep.asso.fr

POSITIONNEMENT : Le Cnajep s’engage pour une politique de jeunesse à l’écoute des jeunes

Le Cnajep s’engage pour une politique de jeunesse à l’écoute des jeunes

Le Cnajep a publié un document de positionnement intitulé « Le Cnajep s’engage pour une politique de jeunesse à l’écoute des jeunes ».

La Commission Politique jeunesse du Cnajep travaille depuis septembre 2018 à construire une parole cohérente sur la jeunesse avec des jeunes issu.es d’associations de jeunesse et d’éducation populaire et d’organisations de jeunes du Cnajep, sur la façon dont ils.elles appréhendent leur présent et leur avenir.

Pour avoir une parole forte sur la jeunesse et sur les questions sociétales, les membres de la commission ont rencontré et discuté avec des jeunes.

De ces échanges été élaboré le positionnement présent auxquels s’ajoutent des propositions concrètes pour une politique de jeunesse.

Ce document ne revendique pas l’exhaustivité en matière de politique jeunesse. Il met l’accent sur quatre axes : ceux évoqués par les jeunes lors des rencontres.

Ce positionnement a été écrit avant la crise sanitaire que nous venons de vivre. Cette crise sanitaire et sociale engendrée par le COVID 19 est venue pointer du doigt et amplifier des difficultés dans la vie quotidienne des plus précaires dont une partie des jeunes. Nos propositions restent d’actualité : elles ne sont que plus urgentes !

Télécharger la publication

COMMUNIQUE : L’Éducation Populaire au cœur des enjeux actuels

COMMUNIQUE DU CNAJEP DU 19 MAI 2020

L’éducation populaire, une actrice au cœur des enjeux actuels

Alors que les habitant.es de France viennent de vivre deux mois de confinement et que s’organise un déconfinement et une reprise progressive des activités, le Cnajep constate une nouvelle fois le besoin d’éducation populaire et l’utilité des associations de jeunesse et d’éducation populaire pour faire face aux crises majeures.
L’éducation populaire est une démarche à la fois politique et éducative, à la fois intellectuelle et pratique qui vise à interroger le monde, à l’analyser et le comprendre collectivement, enfants, adolescents et adultes, citoyens et citoyennes, et mieux se positionner pour agir ensemble et le transformer. L’éducation populaire a cela d’intemporel et de moderne qu’elle est une interrogation et une action continuelles. C’est pourquoi dans cette période de crise sanitaire et de crise économique et sociale, l’éducation populaire reste un besoin fondamental !
Parmi les atouts que propose une démarche d’éducation populaire, c’est son innovation permanente qui se démarque. La période la met une nouvelle fois en lumière, particulièrement, sur :

  • L’éducation populaire favorise le lien social et, même en période de confinement, le Cnajep et ses membres, inventent milles façons de rester en contact, de débattre, de proposer une continuité des loisirs éducatifs, de mener des actions de solidarité !
  • L’éducation populaire est une démarche qui vise à interroger, à regarder plus globalement les choses et à rechercher des réponses systémiques. Force est de constater que la période invite à lier les réponses économiques, sociales, écologiques, démocratiques ! Le Cnajep et ses membres ont animé du débat, rassemblé des citoyen.nes pour échanger sur la crise, ses incidences, …
  • L’éducation populaire permet de contribuer à l’élaboration de politiques publiques plus efficientes car elle invite l’ensemble des citoyen.es à s’exprimer, à contribuer et à agir. Ce qui permet de rester en phase avec les besoins de l’ensemble des citoyen.nes et de ne pas se priver de leurs bonnes idées ! Le Cnajep et ses membres ont participé tant au niveau national que territorial aux concertations de crises avec l’Etat, ses services déconcentrés, les collectivités territoriales.

Imaginez-vous un monde sans colos, sans foyers de jeunes travailleurs, sans centres sociaux, sans MJC, sans festivals culturels, sans scoutisme, sans chantiers de jeunes bénévoles, sans animateurs.trices, sans centres de loisirs, sans échanges internationaux, sans mobilisations étudiantes, sans fabriques du monde rural, sans auberges de jeunesse, sans atelier débat, sans éducation à l’environnement, sans atelier d’analyse critique des médias, sans activités artistiques, sans pratiques sportives pour toutes et tous, sans conseils d’enfants et de jeunes, sans activités de découvertes scientifiques, sans espaces ni processus de participation des jeunes, …
Personne ne le peut !

C’est pourquoi, le Cnajep rappelle l’urgence d’éducation populaire pour sortir de la crise qui va être longue, l’urgence de soutenir les associations de jeunesse et d’éducation populaire qui démontre au quotidien leur utilité sociale et l’urgence de les associer à la co-construction des réponses dont nous avons besoin pour une société plus juste, plus solidaire, plus durable.

Avec ses membres nationaux, avec les CRAJEP qui œuvrent sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin, le Cnajep appelle les pouvoirs publics à AGIR AVEC LES ASSOCIATIONS DE JEUNESSE ET D’ÉDUCATION POPULAIRE[1] et à un renforcement de l’Éducation POPULAIRE, POUR QUE LES JOURS D’APRES SOIENT LES JOURS HEUREUX ![2]

[1] Tribune du Crajep Pays de la Loire

[2] Communiqué JEP INFO MAI 2020 Crajep Hauts-de-France.

Contact presse :
Audrey Baudeau – Cnajep – Tel : 01 40 21 14 21 – 06 77 14 75 96 audrey.baudeau@cnajep.asso.fr

Rencontre thématique du CRAJEP du 16 janvier 2020

Prés d’une quarantaine de participants étaient présents à cette rencontre organisée par le CRAJEP Occitanie, à Toulouse, autour de l’Avis du CESE du 28 mai 2019 : « L’Éducation Populaire, une exigence du 21ème siècle ».
Elle a permis aux co-rapporteurs de cet avis, Jean-Karl Deschamps, Membre du CESE au titre de la Cohésion sociale et territoriale et vie associative, Président du Groupe des Associations, et Christian Chevalier, Membre du CESE au titre de la Vie économique et dialogue social, Membre du Groupe UNSA, de présenter ce rapport et ses enjeux dans le contexte actuel.
Cette soirée a été clôturée par un temps de débat et d’échange riche avec les participants, autour des préconisations de cet avis.

                                  

 

L’Éducation Populaire : une exigence du 21eme siècle